Apprendre à chanter et bien chanter: les (faux) bons conseils

Article publié en 2022

Introduction

Apprendre à placer sa voix, la posture et la respiration dans le chant, les exercices et les échauffements vocaux, des expressions comme « chanter dans le masque » … L’algorithme de google n’étant pas encore à même de démêler le vrai du faux, il se base sur le référencement et l’autorité des sites web pour fournir des résultats de recherche.

De ce fait, aux questions « comment bien chanter » ou  » apprendre à chanter », on obtient en premières places des sites qui, en chant, n’y connaissent parfois pas grand chose. Les conseils donnés se trouvent dans des bouquins de plusieurs siècles et mélangent science, esthétique, ressenti, pratique et apprentissage. 

Partons à la rencontre des idées simplistes ou fausses les plus courantes sur l’apprentissage du chant, trouvées dans le top 10 des résultats Google.

Table des matières

La posture dans le chant

Ce qu'on peut lire:

posture chant Tout savoir pour apprendre à chanter
posture chant Tout savoir pour apprendre à chanter

Pourquoi ça n'a (presque) aucun sens?

Qu’importe le style musical, aucun artiste sur scène ne reste statique, « bien droit« , ni ne garde « leurs jambes parallèles« , ni ne « bombe leur torse ». Le chant et la danse sont intiment liés et nombreux styles musicaux, des plus anciens aux plus modernes, joignent les deux disciplines. Et bien sûr, les pianistes ou guitaristes chanteuses / chanteurs vivent leur musique de manière dynamique. 

Dans une démarche pédagogique, une injonction à avoir une « position bien droite » a le plus souvent tendance à créer des tensions, l’apprenti cherchant absolument à gommer des courbures naturelles de la colonne vertébrale. 

Evidemment, aucun fondement scientifique ne soutient une relation entre se tenir « bien droit » et chanter plus juste ou produire de « jolies notes«  (Et qui décide ce qui est « joli »?).

Que peut-on faire?

Le chant est dynamique: rester figé dans une position qui serait la « bonne » est néfaste. Parce qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de faire quoi que ce soit, vous pouvez établir pour vous, lorsque vous chantez, une idée de ce que vous préférez comme position (assise, debout et même allongée).

Chantez en marchant, assis, sur la pointe des pieds, allongé sur le ventre, sur le dos, sur les côté, etc. Observez comment la gravité, le déplacement des masses influencent votre respiration et votre chant

Cherchez à prendre des informations sans juger. Donnez-vous un répertoire de possibilités le plus riche possible.

Pour aller plus loin...

La posture est dans le programme du Module Fondations, dans la leçon "Clocks". 

La respiration dans le chant

Ce qu'on peut lire:

respiration chant Tout savoir pour apprendre à chanter
respiration chant Tout savoir pour apprendre à chanter

Pourquoi ça n'a (presque) aucun sens?

Ce n’est pas tant comment on inspire qui compte, mais comment est utilisé cet air

Puisqu’il parait important de parler uniquement de l’inspiration, de la prise d’air, disons-le: une « respiration correcte » n’existe qu’en relation avec la tâche vocale que l’on s’apprête à effectuer. Lorsque nous chuchotons, parlons ou crions, le cerveau organise notre respiration en fonction de cela. 

S’il y a bien des types de respiration différents, du fait d’une certaine indépendance des muscles qui participent à l’inspiration, aucun type n’est bon ou mauvais

Ce répertoire des types est géré par notre système nerveux qui sait bien mieux que nous de quel type nous avons besoin pour la tâche vocale que nous nous apprêtons à faire. 

Tout savoir pour apprendre à chanter-5

Le « commencez à apprendre à respirer profondément» en dehors de toute phonation, c’est à dire isoler le geste respiratoire du chant, peut s’avérer profitable dans une optique de prise de conscience de ce que l’on fait, mais guère plus. Les exercices qui consistent à vous faire compter un nombre de secondes lors de votre inspiration et faire de même sur l’expiration, ont probablement un intérêt si vous voulez faire de la plongée en apnée, mais moins du chant.

Enfin, vouloir vendre la bonne et seule respiration abdominale en la mettant comme condition sine qua non pour une intonation correcte (justesse), ne repose scientifiquement sur pas grand chose. D’autres variables du chant rentrent nécessairement en compte

Que peut-on faire?

Prenez conscience de la gestion de l’air lorsque vous chantez, en fonction de la hauteur des notes, du volume, des phonèmes, etc. Remarquez comment vous prenez l’air et comment il est utilisé, qu’en fonction de la tâche vocale, cette gestion de l’air n’est pas la même. Cherchez à identifier en vous les principaux types de respiration que vous utilisez, sans vouloir les contrôler.

Pour aller plus loin...

La respiration pour le chant est dans le programme du Module Fondations, dans la leçon "Every Breath you take". 

L’articulation et la diction dans le chant

Ce qu'on peut lire:

Tout savoir pour apprendre à chanter articulation

Pourquoi c'est d'abord une question esthétique?

Si l’on en croit cet article sur anacours-musique.com, l’articulation est le Graal du chant! Articuler « correctement » permettrait de mieux maitriser son souffle, sa résonance, sa justesse, gagner en projection, en puissance, d’être mieux en rythme et même… de se muscler. En effet, c’est alléchant!

J’ouvre mon Spotify et j’écoute la reprise de If I Ain’t Got you par James Bay, l’unplugged de Nirvana, du Gainsbourg, des lives d’Amy Winehouse, du Billie Eilish, du Guns n’ roses, du Radiohead, du Muse, etc. Je ne trouve pas qu’ils articulent beaucoup… Et je ne trouve rien à redire à leur « technique vocale », ca va sans dire!

Est-ce que si ces artistes avaient « articulé » davantage leur texte, ca nous plairait autant? Non. Imaginez Thom York de Radiohead articulant son morceau « Creep » dans lequel il dit qu’il se sent mal dans sa peau… C’est simplement de la communication humaine: cet absence d’articulation » sert l’interprétation et véhicule des émotions, installe une intimité, une proximité, par une intention de retenir les mots.

Le fait d’articuler plus ou moins doit donc être en relation avec ce que l’on souhaite passer comme message et émotions dans l’interprétation.

« T’as compriiiiiiiiiiis??? »

Dans la Star Academy cuvée 2022, Laure Balon  « offre un conseil précieux: en chant, l’émotion passe par la prononciation« . (je cite la légende de la vidéo)

Lors d’une répétition, Mme Balon conseille à Julien d’articuler davantage, d’ouvrir plus!

Passons l’aspect hystérique de la pédagogie et le côté malaisant de la situation, pour voir que Julien le candidat ne semble pas franchement adhérer à ce qu’elle propose. (Ni les autres d’ailleurs) 

Si Julien « retient quelque chose« , s’il « ne s’ouvre pas« , ce n’est pas par peur comme Mme Balon semble le penser, mais d’abord parce que que ce n’est pas dans sa personnalité, dans son caractère. (C’est un autre débat, mais à quoi bon le forcer à être quelqu’un qu’il n’est pas?). 

Fichez lui la paix! La culture musicale de Julien, son envie de chanter n’inclut tout simplement pas une articulation, une diction telle qu’on la retrouve dans certaines esthétiques du chant.

Il m’apparait aussi que s’il n’ouvre pas plus la bouche, c’est qu’il a des restrictions de mobilité qui l’empêchent de le faire. Pas certain que des conseils comme « ouvre plus la bouche! » ou « articule plus! » soient bien judicieux. Cela l’oblige à pousser, à forcer sur sa voix. 

Quelques jours plus tard, il est encore reproché à Julien de ne pas articuler suffisamment. Cette fois-ci, c’est sa langue qui est « un peu feignasse« …(sic)

Il n’a donc rien appris des conseils de Mme Balon et je doute que ceux de la prof de chant y change quelque chose. Les limites de ces modèles d’apprentissage. 

Julien n’appliquera jamais ce qui lui est proposé. D’une part parce que ce qu’il ne s’y retrouve pas et d’autre part, parce qu’il n’a pas conscience de ses restrictions.

Nul besoin de regarder le prime du samedi soir pour savoir qu’il n’articulera pas plus que d’habitude.

« ta langue est une feignasse »

Que peut-on faire?

Cherchez à parcourir l’ensemble des possibilités de niveaux d’articulations, de la quasi absence (comme un ventriloque) jusqu’à une articulation excessive. Jouez avec ces extrêmes, sentez ce qui rentre en action lorsque vous faites cela. En quoi cela modifie le son, sa couleur, vos sensations, etc.

Trouvez où vous vous situez d’habitude et demandez-vous quel niveau d’articulation/diction le texte que vous voulez chanter devrait avoir selon vous, pour être à propos.

Si malgré votre volonté d’articuler, vous ressentez un effort important à le faire, il faut vous tourner vers le pourquoi. Un manque de mobilité quelque part et c’est tout le système qui en pâti.

Pour aller plus loin...

Outre l'articulation, les restrictions de mobilité sont au coeur du programme Le Chant en Mouvements

S'échauffer la voix avant de chanter

Ce qu'on peut lire:

Tout savoir pour apprendre à chanter - echauffement vocal
Tout savoir pour apprendre à chanter - echauffement vocal
Tout savoir pour apprendre à chanter - echauffement vocal 2

Pourquoi c'est exagéré et/ou à placer dans un contexte?

Il n’est nullement question ici de dire que l’échauffement vocal ne sert à rien. Mais faisons preuve de bon sens: lors d’un anniversaire, d’une fête, d’un karaoké, d’une réunion sportive, dans un lieu de culte, avez-vous vu quelqu’un s’échauffer la voix ou inviter les gens à le faire?

Est-ce qu’avant de chanter sous votre douche, vous vous échauffez? (Rassurez-moi…)

Est-ce que dans d’autres cultures à travers le monde et les siècles, les humains se sont échauffé la voix avant de chanter?

Cessons d’infantiliser les gens. Tout le monde comprend bien qu’il serait préjudiciable pour soi de se lancer dans un chant extrême au saut du lit. 

Inutile aussi de faire peur aux gens en leur disant qu’ils vont s’abimer les cordes vocales. Et si c’est le cas, ce n’est pas à cause d’une absence d’échauffement, mais du fait de lacunes techniques. 

Autrement dit, si léchauffement vocal doit servir à combler un manque, c’est que quelque chose n’a pas été (bien) appris.

Une approche différente de l'apprentissage du chant

Que peut-on faire?

Un échauffement vocal doit se faire (ou pas) selon le contexte:

– Avant un concert, un enregistrement en studio ou une prise de parole en public, il peut-être bénéfique de se « préparer ». Simplement parce qu’il est nécessaire d’être au top tout de suite et que le trac, le stress peuvent s’ingérer dans le fonctionnement de votre voix. Cette préparation est autant psychologique que physique. Certains artistes ne font rien d’autre que du silence: c’est leur besoin. Chacun le sien, chacun sa propre préparation.

L’apprentissage nait de la différence entre un état initial et un état final. Lors d’un cours de chant, un apprentissage donc, en vous « échauffant » la voix, vous modifiez l’état initial du corps et de la voix avant d’apprendre quelque chose. Est-bien malin?

– Entre amis, en famille ou avec des inconnus, lorsque vous vous mettez à chanter, acceptez que ce que vous faites n’est pas forcement de suite parfait. Fichez-vous la paix et profitez simplement de l’instant! 

Faire des exercices vocaux

Ce qu'on peut lire:

Tout savoir pour apprendre à chanter - exercice vocal vocalise
Tout savoir pour apprendre à chanter - exercice vocal vocalise

Pourquoi ça n'a aucun sens?

Dans la majorité des articles, il est de bon ton de comparer le chant à une activité sportive. 

Et bien soit! Tout comme vous n’avez pas besoin à chaque fois de réapprendre à tenir en équilibre sur votre vélo pour pouvoir en faire, ou réapprendre à faire du ski ou encore nager, vous ne devriez pas dans le cadre d’un réel apprentissage devoir répéter indéfiniment des exercices pour accéder à des tâches vocales auxquelles vous aspirez.

Il ne s’agit pas de dire que vous n’avez pas besoin de répéter pour apprendre, mais dire qu’à un moment, si vous ne parvenez toujours à faire ce que vous souhaitez, ou devez passer 30mn d’échauffement pour enfin y arriver… vous êtes en droit de vous poser des questions.

Dès leur plus jeune âge, nos enfants chantent sans faire de gamme ni d’arpège issus de vocalises. Leur cerveau se fiche bien de ces organisations et n’a certainement pas besoin de se « muscler la voix » par ce biais.

la voix mixte

Que peut-on faire?

De fait, les autodidactes parviennent le plus souvent à de meilleurs résultats que bon nombre d’apprenants avec des méthodes ou les exercices sont légion. Et bien entendu, au delà de nos frontières et de notre époque, ce mode d’apprentissage n’a jamais existé et pour autant, le chant n’en demeure pas moins d’une grande qualité technique et esthétique.

Chanter est une habilité motrice complexe comme une autre. Si certaines personnes n’ont jamais besoin de faire le moindre exercice vocal ni échauffement, mais simplement de pratiquer, c’est que concernant l’apprentissage du chant, on a oublié comment “apprendre”. Ou plutôt, ca été remplacé par un modèle qui n’est efficace qu’en apparence: chez les artistes que vous appréciez, le bagage technique a été acquis non pas grâce a des vocalises, mais par l’expérimentation et la recherche personnelle. 

Pour aller plus loin...

Explorer un processus d’apprentissage experientiel, identique à celui des autodidactes, mais en plus exhaustif, cadré et guidé pour répondre à vos besoins.

Apprendre à placer sa voix

Ce qu'on peut lire:

Tout savoir pour apprendre à chanter - placement vocal
Tout savoir pour apprendre à chanter - placement vocal
Tout savoir pour apprendre à chanter - placement vocal

Pourquoi c'est une grosse tambouille?

Encore une fois, on mélange sensations, physiologie et recherche esthétique.

L’expression « placer sa voix » a autant de définitions que de personnes qui la définissent. Celle du monde médical me semble la seule qui devrait l’emporter: elle consiste à dire qu’un bon placement vocal est une  façon d’utiliser sa voix de façon saine. Ce placement sain se caractérise notamment par un équilibre de pressions au niveau des plis vocaux et globalement une absence de tension. Et ce, qu’importe le style de musique ou la tâche vocale.

Il serait dès lors plus exact de parler d’un geste vocal plutôt qu’un placement, car ressentir une vibration ou une résonance à un certain endroit du tractus vocal (conduit vocal), donner une certaine couleur ou une homogénéité dans tous les hauteurs ou les voyelles… n’est qu’une question de goût, de choix. 

Tout savoir pour apprendre à chanter - placement vocal

Chanter dans le masque

Ce qu'on peut lire:

Tout savoir pour apprendre à chanter - chanter dans le masque

Pourquoi c'est... idiot ?

Un son qu’il soit chanté ou parlé est composé d’une note fondamentale qui a une certaine vitesse de vibration exprimée en fréquence, et des harmoniques, qui sont des multiples de la fréquence fondamentale.

Ces harmoniques peuvent être classées dans des plages, des régions selon leur hauteur sur le spectre sonore, ce qu’on appelle des formants. Il est possible d’augmenter et/ou de réduire l’importance acoustique de certains formants dans le son. 

son-fondamental-harmonique-placement-vocal
Tout-savoir-pour-apprendre-à-chanter-chanter-dans-le-masque

Le propos sur le « bon placement de la voix qui ferait éviter tout engorgement du son » et qui serait « une des clé pour un bon fonctionnement de la voix et pour sa santé » ferait presque sourire s’il n’illustrait pas -une fois encore- une certaine arrogance.

Que l’auteur·e des ces propos aille dire à des peuples et des cultures qui font cela depuis plus de 2000 ans, que ce qu’ils font n’est pas « sain » et pas  bien »!

Si le chant lyrique, le Bel Canto, a pris ses origines au XVI e siècle, les chants et jeux vocaux gutturaux, de gorge qu’ils soient chez les inuits, les japonais, les tibétains, et même en Italie, en Inde ou en Afrique du Sud… existent depuis deux siècles av. J.-C. 

« L’engorgement du son » est à la base de tout un pan des musiques du genre, sous-genres et dérivés du metal, qu’il serait bon en 2022, de ne pas oublier, parce qu’il est bien plus écouté et représenté aujourd’hui que le classique.

Qu’il se retrouve de plus en plus dans les auditions des émissions comme The Voice ou la Star Academy démontre qu’il serait bon ne pas l’oublier.

Mais que voulez-vous…. Les pédagogues du chant lyrique ont toujours décrété leur manière de produire un son comme seule « bonne » et saine. 

Mais disons-le (bien fort): aucune étude scientifique ne démontre une prévalence de fonctionnement entre les styles et il n’y a pas plus de voix blessées dans le chant en musiques actuelles, traditionnelles ou folkloriques qu’en lyrique.

De sorte que « chanter dans le masque« , manière de donner plus de présence au son de la voix, reste et doit rester une question de choix esthétique dans votre chant.

Il est important que vous sachiez le faire, pas d’en faire un élément principal de votre son.

Cet article
vous a plu?​

Partagez votre expérience!

Et cet article sur les réseaux sociaux et/ou avec vos ami·es!

 
Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *